Nouvelle-Zélande

On a caressé un kiwi !

N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les afficher en grand.

Aujourd’hui, nous quittons Auckland pour visiter le nord de l’île du nord. Nous commençons par la plage d’Orewa. Nous nous posons quelques minutes dans le sable à observer des enfants jouer. Leur père finit par venir nous parler et nous donne des dizaines de conseils sur les lieux à visiter sur cette île. Il est intarissable ! Après quinze minutes de discussion, nous le remercions et continuons vers le nord.

Nous nous arrêtons à Mangawhai Heads pour déjeuner. Nous apprécions la chaleur de cette île par rapport à celle du sud. Nous mangeons donc dehors un poulet pané accompagné de frites.

L'entrée de la grotte
L’entrée de la grotte

Vers 14h, nous arrivons devant la Waipu Cave aussi connue sous le nom de grotte aux vers luisants. Nous pénétrons dans la pénombre à l’aide de nos lampes frontales. Le sol est recouvert de boue et il faut parfois mettre les pieds dans l’eau pour traverser le cours d’eau qui serpente dans le noir.

L'intérieur de la grotte Waipu
L’intérieur de la grotte

Nous pénétrons dans une première grotte et après avoir éteint toutes les lampes, le plafond se met à scintiller ! Des centaines de vers luisants transforment le lieu en un magnifique ciel étoilé. C’est magique! Nous n’avons pas pu faire beaucoup de photos pour vous les montrer (forcément sans lumière c’est difficile) mais ça vaut vraiment le coup !

Le plafond de la grotte, éclairé par les vers luisants
Le plafond de la grotte, éclairé par les vers luisants

Nous passons ensuite dans une deuxième grotte après avoir marché pieds nus dans la rivière, pliés en deux car le plafond est très bas. Celle-ci est plus haute mais le nombre de vers luisants semble inférieur. Nous continuons donc en direction de la troisième mais le niveau de l’eau monte à mi-cuisse. Nous croisons un couple de français qui nous confient que la dernière grotte est identique aux précédentes. Nous choisissons donc de rebrousser chemin.

Impossible de trouver un endroit où renfiler nos chaussures sans se mettre de la boue partout. Avec beaucoup d’efforts et d’aide, je finis par les enfiler peu avant la sortie. Ouf, on est sorti !

Nous réalisons qu’il est déjà 15h45. Notre prochaine étape est le Bird Recovery Center mais il ferme à 16h30 et nous avons 30 minutes de trajet. Pas une seconde à perdre, nous roulons jusqu’au centre!

En arrivant, nous faisons la connaissance d’un homme âgé, Robert, qui nous met en confiance et nous affirme que nous avons le temps de voir ce qui nous intéresse. Et ce qui nous intéresse c’est les Kiwis ! Ce gros oiseau vit uniquement en Nouvelle-Zélande et à failli être exterminé. Aujourd’hui, grâce à de nombreux messages de prévention et un réel désir de protection du gouvernement ils seraient environs 85 000 en liberté.

Nous entrons dans un parc ne comprenant que quelques cages. Un panneau nous explique que le lieu n’est pas un zoo mais plus un centre de convalescence pour les oiseaux. Une fois en bonne santé, ils seront relâchés dans la nature. Certains oiseaux poussent la chansonnette quand d’autres semblent presque parler. Les Tuis par exemple sont des oiseaux très intelligents qui peuvent reproduire des sons humains. Nous entendons « Hello! », « Tui » puis l’un des oiseaux se met même à imiter R2D2 (le petit droïde de Star Wars)! Son voisin se met ensuite à siffloter l’air d’une chanson connue. Nous sommes impressionnés.

Nous nous rendons devant l’enclos des kiwis mais nous ne voyons rien. Ces animaux vivent la nuit et dorment le jour habituellement. Nous sommes un peu déçus et prêts à quitter les lieux quand l’homme qui nous a accueilli revient nous parler et nous propose de voir et de s’approcher très près d’un kiwi pour 10$ par personne. Nous acceptons et courrons chercher nos espèces dans le coffre de la voiture.

Robert et son petit protégé
Robert et son petit protégé

L’homme nous entraîne alors devant l’enclos du kiwi et part le chercher sous un tronc d’arbre. Il sort alors un gros oiseau pour nous l’emmener. Nous voyons notre premier kiwi !!!

Il s’appelle Sparky et n’a plus qu’une patte à cause des vieux pièges posés et oubliés dans la forêt par les trappeurs pour tuer les lapins. Recueilli par le centre il y a des années, il s’est habitué à la présence des humains et à vivre le jour.

Ses plumes se confondent avec les feuilles
Ses plumes se confondent avec les feuilles

Le saviez-vous ?

  • Un kiwi trouve sa nourriture en enfonçant son bec dans la terre pour entendre les vers de terre bouger (comme un docteur avec son stéthoscope)
  • Son nez est placé au bout de son bec
  • Il peut courir à la même vitesse qu’un humain mais ne peut pas voler
  • Ses œufs sont aussi gros que les œufs d’un émeu (petite autruche)
  • Leur plus grand prédateur est le chien
  • La femelle est 2 fois plus grande que le mâle
  • C’est le mâle qui couve les œufs

Notre guide du jour nous présente ensuite un bébé d’une espèce que nous avons croisé quelques jours auparavant dans le parc d’Abel Tasman : le Pukeko. Ce qui est incroyable avec cet animal c’est qu’il utilise ses pattes comme des mains pour caler sa nourriture et ensuite la manger. Il nous raconte aussi une anecdote hilarante. Un jour l’un des petits Pukeko présent dans le centre s’est mis à piailler très fort, appelant à l’aide ses protecteurs. Ils se sont donc empressés d’aller voir le petit oisillon. Le pauvre était coincé et n’arrivait plus à avancer, vous ne devinerez jamais comment! Il se marchait sur le pied! Il était coincé car il avait un pied qui lui écrasait celui qu’il essayait de lever pour avancer!

Nous finissons la visite dans une pièce rassemblant des animaux empaillés (ceux qu’ils n’ont pas pu sauver) et de nombreuses photos des oiseaux ayant été secourus ici. On y découvre des albatros, des kiwis et plein d’autres espèces. Nous restons longtemps à discuter avec Robert, notre guide puis finissons par le remercier chaleureusement pour toutes ses explications et roulons jusqu’à une cascade sans grand intérêt avant de rentrer à l’hôtel.

Written by -

No Comment

Please Post Your Comments & Reviews

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Instagram

Instagram a retourné des données invalides.
diam luctus ut elementum Phasellus risus. Praesent vel,