Journées du patrimoine Lyon #2

Pour notre deuxième journée du patrimoine, nous décidons de visiter le centre de Lyon. Direction la presqu’île où nous pourrons voir l’intérieur du théâtre des Célestins et de l’opéra de Lyon. Nous visiterons ensuite le vieux Lyon en commençant par le théâtre de Guignol puis le musée d’histoire de Lyon et des marionnettes. Nous finirons notre journée par une découverte des traboules.

Le théâtre des Célestins

4 Rue Charles Dullin, 69002 Lyon
La façade du théâtre des Célestins
Et si vous retourniez au théâtre ?

Nous arrivons vers 10h au théâtre. Nous commençons par monter un escalier qui nous emmène au foyer, lieu où se restaurent les spectateurs avant, après et aussi pendant le spectacle ! Et oui, à l’époque le théâtre était surtout un lieu pour se montrer, se faire voir par les autres et le spectacle était secondaire. D’ailleurs le théâtre a été construit dans cet optique là. Aujourd’hui dans les salles modernes, toutes les places sont tournées vers la scène alors qu’avant on plaçait les gens en arc de cercle pour qu’ils puissent bien se voir les uns les autres. Les sièges étaient de couleur pourpre pour faire ressortir le teint très blanc des femmes qui se poudraient le visage.

Le magnifique lustre qui trône au milieu de la pièce était un lustre à gaz remplacé aujourd’hui par des ampoules électriques.

Le plafond vue du parterre

Nous descendons ensuite tout près de la scène puis dans une petite salle dans le sous-sol : la Célestine. Créée en 2003 pour être une salle de répétition, elle devient aussi rapidement une salle pour des représentations plus intimistes. Nous quittons ensuite le théâtre pour nous rendre à l’opéra.

L’opéra de Lyon

1 place Comédie, 69001 Lyon

La matinée se poursuit sur la presqu’île. Nous traversons la majestueuse place des Jacobins afin de nous rendre à l’opéra.

Place des Jacobins

La visite commence par le foyer qui a la même fonction de restauration qu’au théâtre des Célestins. Cette pièce est la seule conservée par l’architecte Jean Nouvel lors de sa restructuration entre 89 et 93.

Nous entrons ensuite dans la salle de représentation et là stupeur, les murs sont noirs tout comme le sol, le plafond, les sièges bref tout. Nous nous attendions aux dorures et aux sièges rouges des théâtres à l’italienne mais M.Nouvel a tout révolutionné. Il voulait mettre l’accent sur la scène et non sur la décoration des lieux. C’est une victoire pour lui puisqu’il n’y a rien à voir. Cette salle est froide et austère. Elle ne m’a pas plu du tout. Peut-être que vous apprécierez la modernité qui s’y dégage mais moi après le joyau d’architecture du théâtre des Célestins je suis déçue.

Sous cette salle, un amphithéâtre a été construit pour des représentations plus modestes parfois gratuites comme des concerts. Nous quitterons l’opéra un peu frustrés.

L’amphithéâtre de l’opéra

Le théâtre de Guignol

2 rue Louis Carrand 69005 – Lyon
Le mur de marionnettes

L’après-midi débute par la visite du théâtre de Guignol près de la gare Saint Paul dans le vieux Lyon. Nous pénétrons directement dans l’envers du décor ; le castelet où sont entreposées environ 200 marionnettes.

Chaque marionnette est composée d’une tête et de deux mains en bois de tilleul. Le guide nous fait découvrir les personnages phares de ce spectacle : Guignol et Gnafron, son ami ayant un peu forcé sur “le jus de raisin” comme il aime le dire.

Guignol et Gnafron

Nous aurons ensuite la chance de découvrir l’atelier où sont restaurés les costumes et les visages des marionnettes. Nous quitterons ce lieu aussi émerveillés que les enfants qui nous entouraient.

Le musée de l’histoire de Lyon et le musée des arts de la marionnette : musées Gadagne

1 Place du Petit Collège, 69005 Lyon

2 bonnes heures de visite nous permettrons de découvrir l’histoire de Lyon du moyen âge à aujourd’hui. C’est la magnifique maison de la famille Gadagne qui a été choisie pour être le témoin de l’histoire de Lugdunum, ancienne capitale des Gaules.

Récapitulatif de l’histoire de Lyon

Plus d’une vingtaine de salles se succèdent sur de nombreux étages que l’on rejoint grâce à de superbes escaliers à vis d’époque. On y apprend notamment qu’il n’y avait qu’un seul pont sur le Rhône et un seul pont sur la Saône qui reliaient la presqu’île aux alentours.

Le musée de la marionnette nous donnera un complément d’informations par rapport au théâtre de guignol. Il est plus ludique que le musée de l’histoire de Lyon et permet aux enfants une plus grande interactivité. Des marionnettes accessibles par tous permettent de se mettre dans la peau d’un marionnettiste. Nous n’aurons pas la chance de finir notre visite par les jardins suspendus du musée qui sont paraît-il immanquables car la pluie est de la partie en cette fin de journée.

La visite guidée des traboules

Départ de la sortie du métro D : arrêt Vieux Lyon

Après un petit café bien au chaud, nous entamons notre dernière étape de la journée : une visite guidée des traboules du vieux Lyon. Pour ceux qui ne connaissent pas ce terme les traboules sont des passages piétons à travers des immeubles qui permettent de se rendre d’une rue à une autre. Elles sont accessibles en journée jusqu’à 19h mais attention elles sont parfois fermées le dimanche. C’est dans le vieux Lyon et dans le quartier de la Croix-rousse qu’on en trouve le plus. Sur Lyon on en dénombre environ 500.

Nos deux heures de visite nous permettrons d’apprendre aussi que le lit de la Saône était auparavant au pied des immeubles du vieux Lyon d’où l’interêt des traboules pour rejoindre les ruelles du 5ème arrondissement sans faire de grands détours.

Nous terminerons notre tour par la cathédrale Saint Jean, le trésor du vieux Lyon. Une bonne partie a été restaurée et pour les journées du patrimoine elle est particulièrement éclairée ce qui la met parfaitement en valeur.

Ces deux journées du patrimoine nous auront permis de découvrir toute la richesse de Lyon, ville peu touristique mais qui gagne a être connue. A très vite Lyon !

 

 

 

 

Laisser un commentaire